Publié le 03 octobre 2023

Mise à jour le 30 octobre 2023

Bien vieillir après l’ESAT

Ajouter aux favoris :

Région
Bretagne
Public
Personne en situation de handicap
Milieu de vie
Médico-social
Travail
Thématique
Approche transversale
Type de ressource
Les programmes et actions
Porteur
Ireps Bretagne
Nous aimons cette action :
Une des rares actions CPS dans le cadre du travail en milieu protégé.

Présentation

Le contexte du programme

Ce projet est né du constat que les personnes ayant un handicap psychique et/ou une déficience intellectuelle ont une durée de vie qui s’allonge et bénéficient d’une retraite après le travail. Cependant, cela s’accompagne de difficultés qui se surajoutent au vieillissement (baisse supplémentaire des capacités fonctionnelles déjà altérées du fait du handicap, survenue de maladies liées à l’âge, etc). Pour ces personnes comme pour tout le monde, il s’agit d’une période au cours de laquelle les attentes évoluent, sont à clarifier et à prendre en compte pour entamer une nouvelle étape de vie. Ce projet est né dans le département du Morbihan (56) et a ensuite été étendu aux départements du Finistère (29) et de l’Ille-et-Vilaine (35).

Les objectifs du programme

Objectif principal : Favoriser le vieillissement en santé de personnes en situation de handicap, en particulier de handicap psychique ou de déficience intellectuelle, proches de la retraite et autonomes dans la majorité des actes de la vie quotidienne.

Objectifs spécifiques :

  • Acquérir des nouveaux repères et connaissances favorables à la santé et au bien-être;
  • Permettre au public de développer ses compétences psychosociales;
  • Sensibiliser à la pratique d’activité physique adaptée au handicap et au mode de vie;
  • Sensibiliser à l’importance de ses droits et de son environnement.

Le financement

Le financement a été permis par un appel à projet de la conférence des financeurs de la prévention de la perte d’autonomie. La pérennisation du dispositif est variable selon le département, selon les financements alloués.

Le dispositif d’évaluation mis en place

Un bilan d’évaluation auprès des usagers et des professionnels (évaluation du processus, des résultats) a été réalisé dans les trois départements.

L’action a pu générer pour certains professionnels selon les départements des changements dans leurs postures éducatives sur les questions de santé (plus grande place accordée à soutenir la parole des personnes participantes sur la santé, plutôt qu’à la diffusion de recommandations ou à la recherche de solutions pour les personnes accompagnées).

Les expertises mobilisées

  • Programme national « Pour Bien Vieillir »
  • Référentiel « Compétences psychosociales » de Santé Publique France
  • Programme National Nutrition Santé, brochure PSYCOM santé mentale et vieillissement ici
  • Cette action s’est également nourrie des échanges avec différents partenaires intervenant auprès de ce public (notamment avec l’association « Un avenir après le travail » (issue d’une démarche initiée par l’Association Régionale des ESAT (Établissement et Service d’Aide par le Travail)) qui a beaucoup contribué à l’émergence du travail sur le Bien vieillir des personnes en situation de handicap.

Les Compétences Psycho Sociales

Les porteurs du programme ont été formés aux CPS.

Le public n’a pas directement été associé à la conception de l’action puisque celle-ci reprend globalement les objectifs des programmes Bien vieillir. En revanche, selon les départements, un groupe de participants pouvait être consulté concernant la proposition du programme en amont de l’action. Les participants pouvaient s’inscrire aux modules de leur choix et ils étaient très fortement impliqués dans la réalisation des actions. Certains ont même valorisé leurs compétences en soutenant d’autres participants au cours des ateliers (pour s’exprimer, pour traduire en langue des signes notamment).

Chaque atelier est pensé comme un espace de réflexion, d’interactions entre participants, entre participants et animateurs. Par exemple, on va s’approprier ensemble les recommandations générales sur l’alimentation ou l’activité physique, etc., et réfléchir ensemble aux freins, difficultés, envies qu’elles suscitent. C’est par le débat que les participants vont chercher à envisager leurs adaptations à venir, leurs besoins au regard de leur vieillissement.

Les CPS visées

Les CPS développées lors des ateliers sont les suivantes :

  • Compétences cognitives : esprit critique, connaissance de soi, résolution de problèmes
  • Compétences émotionnelles : gestion des émotions, du stress
  • Compétences sociales : prendre la parole dans un groupe, communiquer de façon non violente

La présentation des CPS ainsi que la démarche, au public destinataire du programme varie en fonction des départements, chaque séance mobilise les CPS :

  • Parfois de manière informelle : par exemple la réflexion sur le rapport du public aux dépistages amène souvent à évoquer les émotions, la communication avec l’entourage, la gestion du stress.
  • Parfois de manière formelle : certaines séances sont centrées par exemple sur la résolution des problèmes du quotidien, et dans ce type de séance, il est explicitement fait référence aux compétences psychosociales.

Le programme au regard de la promotion de la santé

Ces interventions répondent à des besoins spécifiques avec le même niveau d’informations donné à tous les participants, adapté à leur niveau de compréhension ce qui va dans le sens de la réduction des Inégalités Sociales de Santé pour ce public parfois éloigné des soins. Certains participants ont par la suite pu livrer leurs émotions auprès des professionnels de terrain plus facilement ou s’inscrire à un Groupe d’entraide mutuelle selon les départements. Les actions agissent également sur l’environnement du public dans le sens où elles les aident à s’implanter dans leur milieu (connaissance de l’existence de parcs, d’association sportive, etc) et travaillent sur la question du domicile comme un lieu favorable à la santé.

La pédagogie

Le programme est globalement similaire dans les trois départements (exemple sur le département 56 ci-dessous). Il comprend entre une douzaine et une vingtaine de séances hebdomadaires de 2h à 3h.

MODULE 1 : BIEN DANS MON CORPS pour bien vivre mon âge :

  • Santé et avancée en âge
  • Nutrition
  • Sommeil
  • Activité physique
  • Prévention et dépistages
  • Lien entre santé et nature

MODULE 2 : BIEN DANS MA TÊTE et me sentir bien 

  • Les besoins et les émotions
  • Rêves après la vie professionnelle
  • La mémoire
  • Vieillissement et santé mentale

MODULE 3 : BIEN AVEC LES AUTRES et préserver le lien social :

  • Les compétences relationnelles
  • Amitié et amours
  • Les liens avec les soignants
  • Expérimenter la coopération et ses bienfaits
  • Se sentir utile

MODULE 4 : BIEN DANS SON ENVIRONNEMENT :

  • Un « chez soi » favorable au bien-être
  • Agir en faveur d’un meilleur environnement

Les interventions sont basées sur l’expérience des personnes au quotidien avec des mises en situation, les éléments de communication étant visuels et illustrés. Un important travail préalable a été réalisé de la part de l’IREPS Bretagne et des professionnels accompagnant ce public afin d’être le plus accessible possible par la prise en compte de différents freins rencontrés par cette population pour accéder à des espaces de réflexion et d’information sur les problématiques du bien vieillir : la mobilité, l’accès à l’information, en particulier l’accès à l’écrit, les particularités du mode de vie, en particulier en matière de sociabilité.

La composition des groupes a été pensée afin de viser un équilibre entre les personnes s’exprimant difficilement et les autres personnes afin de maintenir une bonne dynamique d’échanges, d’apprentissages, et d’entraide.

Les compétences et la posture

  • L’IREPS est venue réaliser les ateliers auprès de travailleurs en ESAT et d’accompagnants professionnels.
  • Une recherche sur les outils et techniques d’animation adaptés aux différents types de handicap a été réalisée et une adaptation du programme aux différentes formes de handicap (cognitif, sensoriel visuel et sensoriel auditif). La présence des professionnels de l’accompagnement aux ateliers, en particulier pour traduire en langue des signes, a facilité la communication et a permis une meilleure prise en compte des besoins des participants.
  • Il y avait un contrat de communication au sein du groupe (conditions des échanges qui sont structurées et partagées par le groupe) et l’interconnaissance était favorisée. L’animateur présentait une posture bienveillante tout en valorisant la parole et l’expression des émotions des participants.

Les pratiques informelles

  • Le développement continu des CPS auprès du public destinataire varie selon les départements selon la présence des professionnels accompagnants aux séances.
  • Des professionnels accompagnants des ESAT (Établissement et Service d’Aide par le Travail)/SAVS (Service d’accompagnement à la vie sociale) ont pu assister/participer aux séances menées par l’IREPS (sur une seule séance ou bien sur toutes les séances d’un module) et connaître de nouveaux outils dans un but de réutilisation ainsi que pour la continuité du suivi des participants. L’action a pu leur donner l’envie de mettre/remettre des groupes de paroles en place.

Les conditions matérielles et organisationnelles

Selon les départements, certaines rencontres se sont réalisées en extérieur pour plus de bien-être. Sur un département, une mise à disposition d’un lieu qui accueille les activités du club des retraités visait à permettre aux participants d’identifier un lieu pour mener des activités autour du Bien vieillir.

La création d’un environnement soutenant

L’ancrage territorial a été développé selon les départements. On peut citer le lien avec les CLIC (Centre local d’Information et de Coordination), avec l’association sport adapté de la côte d’Emeraude (qui a co-animé des rencontres autour du sport, des exercices de mises en mouvements dont un dans les locaux de l’association afin de favoriser le lien avec les agents à la suite de l’action). Ce projet a également permis des partenariats avec l’AMISEP (Association Morbihannaise d’insertion Sociale et Professionnelle) et l’association Gabriel Deshayes (mise à disposition des salles), l’Espace Autonomie Santé d’Auray, l’association SIEL Bleu (co-animation de rencontres). Une intervention avec le Résam (réseau d’associations sur le territoire) a également été organisée sur un département.

Point fort

Ce programme travaille les CPS sur des thématiques concrètes dans le cadre du travail en milieu protégé

Initiatives reliées ou connexes :

Département 35 :

  • Un amour de sénior 
  • Programme de formation, de 10 moniteurs d’ateliers, à l’acquisition de techniques et d’outils pour l’animation de groupes d’expression/régulation hebdomadaires au sein des ateliers et Programme éducatif expérimental sur les CPS en 2018.

Département 56 : accompagnement et sensibilisation par l’IREPS de deux groupes de professionnels

  • Professionnels de l’AMISEP autour de la mise en œuvre d’actions de renforcement des compétences psychosociales des personnes, pour les encourager à avoir plus d’autonomie dans leur vie
  • Professionnels des établissements de Vannes/Auray, sur le thème de la promotion de la santé des personnes accompagnées

Cette ressource vous a-t-elle été utile ?

Espace commentaires