Publié le 03 octobre 2023

Mise à jour le 30 octobre 2023

PEP’S : Programme d’Épanouissement Par le Sport

Ajouter aux favoris :

Région
Bretagne
Public
Jeune adulte
Adolescent
Milieu de vie
Éducatif
Thématique
Activité physique
Type de ressource
Les programmes et actions
Porteur
Association Activ’Sport
Structure accompagnatrice
Ireps Bretagne
Nous aimons cette action :
L'activité physique est un bon moyen de développer ses CPS de manière incarnée. Les professionnels sont attentifs à rendre les jeunes réflexifs sur ce point

Présentation

Le contexte du programme

Ce programme s’adresse aux jeunes de 16 à 25 ans qui ne sont ni en emploi, ni en étude ni en formation (parce qu’ils ont quitté précocement le système éducatif et ne parviennent pas à s’insérer sur le marché du travail). Ces personnes, en raison de leur manque de qualification, sont les plus exposées au risque de pauvreté permanente, voire d’exclusion sociale.

Le projet a pour but de promouvoir l’activité physique et une alimentation saine, équilibrée et durable auprès des jeunes (16-25 ans) à des fins d’insertion sociale et professionnelle mais également pour répondre à un enjeu de santé publique. L’activité physique est vue comme un levier pour travailler les relations sociales, la confiance en soi et l’estime de soi.

Le territoire littoral offre l’opportunité de pratiquer des activités physiques en extérieur et sur l’eau. Le public cible n’a pas pour habitude de pratiquer une activité physique et très souvent, ne va que très peu en bord de mer. Le projet est de les amener à prendre du plaisir à se retrouver pour pratiquer ensemble et développer des envies pour une pratique nautique. Le support d’activité physique choisi et la diversité des sites fréquentés permettront également une meilleure connaissance du territoire cornouaillais par les jeunes et ainsi de favoriser les mobilités.

Il est envisagé d’ouvrir l’action à des jeunes suivis par la Protection judiciaire de la jeunesse.

Les objectifs du programme

Permettre aux jeunes de 16 à 25 ans du territoire de Cornouaille et en particulier des Quartiers de la politique de la ville (QPV) de Quimper (Penhars) et Concarneau (Kérandon) de :

  • S’inscrire dans un mode de vie actif favorable à une bonne santé (impact bio-psycho-social)
  • Avoir les bases d’une alimentation saine, équilibrée et durable : se sentir mieux dans son corps et dans sa tête,
  • (Re)nouer du lien social.
  • Evaluer son impact environnemental par ses habitudes de vie (moyens de déplacement, alimentation…)

Financement

  • Agence nationale du Sport via l’appel à projets Impact 2024
  • Agence régionale de santé Bretagne
  • Département du Finistère
  • Délégation régionale académique à la jeunesse, à l’engagement et aux sports Bretagne

Le dispositif d’évaluation mis en place

Il y a eu un bilan final réalisé par Activ’sport sur le processus, l’activité et les résultats de l’action, incluant des témoignages des bénéficiaires et des conseillers des Missions locales, des observations des intervenants, des questionnaires auprès des jeunes, etc.

Ce bilan a mis en évidence que ce projet permettait de faire évoluer la proposition, pour qu’elle soit plus pertinente et touche plus de jeunes et que ce projet permettait de répondre aux différentes problématiques rencontrées par les jeunes par son travail partenarial. Les échanges entre les jeunes, les liens sociaux créés ont permis à ces jeunes isolés socialement de reprendre confiance en eux, de prendre des initiatives, etc.
Cette évaluation mettait également en évidence des pistes d’améliorations à apporter en termes d’accessibilité pour les jeunes.

Les expertises mobilisées

  • Recommandations Organisation mondiale de la santé concernant l’activité physique et l’alimentation
  • Pédagogie de la réussite
  • Questionnaires : questionnaire sur l’estime de soi de Rosenberg, questionnaire ONAPS-adapté de Garnier (perception de la santé), questionnaire ONAPS-PAQ (niveau de sédentarité)
  • Accompagnement méthodologique de l’Instance régionale d’éducation et de promotion de la santé Bretagne (évaluation et construction de l’atelier CPS)
  • Formation aux CPS d’une professionnelle d’Activ’sport (Formation IREPS), les diététiciennes sont formées en éducation à la santé auprès des jeunes.

Les Compétences Psycho Sociales

Les porteurs du programme ont été formés aux CPS.

Les jeunes ont été impliqués à plusieurs moments du projet, à des niveaux variables : ils ont choisi certaines activités physiques (les jeunes peuvent faire des propositions d’activités, le choix est orienté par une décision commune), et les propositions de repas par la diététicienne sont soumises à l’avis des jeunes. Par ailleurs, les participants ont choisi le programme de la dernière séance, et ils ont réalisé un montage vidéo sur leur expérience (en cours de finalisation).

Les CPS visées

Toutes les CPS ne sont pas abordées de manière explicite mais ont l’occasion d’être développées au cours des activités.

  • Compétences cognitives : connaissance de soi, auto-évaluation positive (avec le jeu Totem), résolution de problèmes sur la partie nautique.
  • Compétences émotionnelles : gestion du stress et des émotions
  • Compétences sociales : comment s’intégrer à un groupe, cohésion de groupe, s’adapter

L’équipe a présenté aux participants ce que le programme pouvait leur apporter comme compétences, ainsi que le lien que cela pouvait avoir dans leur recherche d’emplois, leur vie quotidienne.

Le développement des CPS est récurrent auprès du public destinataire : les compétences acquises pendant les séances sont rediscutées ensuite avec le conseiller en insertion sociale de la Mission locale lors d’échanges informels, afin de les transposer dans d’autres moment de la vie quotidienne. De manière plus formelle, au cours de l’atelier sur les CPS, un bilan a été réalisé sur les compétences qui ont pu être acquises pendant la pratique (issues de l’expérience) et sur leur transférabilité dans le monde du travail.

Le programme au regard de la promotion de la santé

En ciblant un public issu des quartiers prioritaires de la ville, le projet PEP’S a cherché à avoir un effet positif sur la réduction des inégalités sociales de santé en agissant sur différents déterminants de santé et de l’activité physique des jeunes accompagnés : la création d’environnement favorable à la santé par la pratique collective, la meilleure connaissance de la diversité des ressources et équipements disponibles sur le territoire (avec un projet de découverte des associations sportives locales à l’avenir), le renforcement de la capacité d’agir des jeunes accompagnés notamment en renforçant les compétences psychosociales (compétences cognitives, émotionnelles et sociales) et l’image de soi, et en participant au décloisonnement des acteurs issus des champs de l’action sociale, de l’insertion sociale et professionnelle, de la santé et du sport.

Le projet avait donc pour objectif d’avoir un impact direct sur le niveau d’activité physique des jeunes accompagnés mais également de manière transversale de renforcer la capacité des acteurs à prendre en charge leur santé au-delà de la seule question de la sédentarité. Pour lever un des freins de la mise en pratique de l’activité physiques de ce public (la mobilité), un minibus a été mis à disposition pour venir sur les lieux de pratique.

Les compétences et la posture

Les porteurs ont été accompagnés par l’IREPS Bretagne (sur l’évaluation et sur la construction de l’atelier portant sur les CPS), et une intervenante de l’association Activ’Sport a suivi la formation développement des CPS. Les diététiciennes sont formées en éducation à la santé auprès des jeunes.

Il y a un cadre de confiance avec des règles de vie du groupe pour le respect des uns envers les autres, chaque réussite a été valorisée et mise en avant lors des entretiens individuels de fin ou pendant les séances.

Les activités structurées

Le programme s’étend sur environ 4 mois. Il est constitué de 7 types d’activités : une réunion d’information, des temps d’échange avec la diététicienne, des bilans initial et final, des ateliers terrestres, des ateliers aquatiques, des ateliers cuisine, un temps d’échanges sur les CPS.

Entretien individuel sur la pratique d’activité physique

Activité physique terrestre et Aquatique (2 séances par semaine) :

  • 22 Séances d’activités physiques d’1h30 à 2h dont 10 séances en salle prise en charge par l’association Activ’sport & 12 séances sur l’eau prise en charge par l’association les Glénans (proposées à la suite de l’APA (Activité Physique Adaptée) en salle ; Stand Up Paddle, pirogue polynésienne, kayak de mer). La séance de clôture (3h) est sur l’eau.

✓ 4 Ateliers cuisine (durée totale de 10h) :

  • Des diététiciennes formées en éducation à la santé auprès des jeunes interviennent sur les thématiques autour de l’alimentation à différentes reprises au cours du programme (Préparation d’un petit déjeuner équilibré, Comportement alimentaire : savoir identifier les bonnes habitudes alimentaires ; savoir lire les étiquettes ; Varier son alimentation et les adapter aux saisons, Préparation de repas simple et équilibré)

✓ Atelier sur les compétences psychosociales (définition / reconnaitre ses compétences…)

La pédagogie

  • Au cours du bilan initial, la motivation de chaque participant a été évaluée (sa qualité de vie, son niveau d’activité physique, ses freins à la pratique et les facteurs favorisants cette pratique).
  • Puis ils ont été orientés vers l’association Activ’Sport où une évaluation de la condition physique a été réalisée au début et à la fin du projet sur deux temps d’activités collectives (tests d’équilibre, de souplesse, d’endurance, de tonicité des membres inférieurs, de force des membres supérieurs).
  • Les activités physiques ont été conçues de manière à être progressives : les séances d’Activité physique adaptée ont permis aux personnes de faciliter la pratique nautique. Les séances permettent de travailler l’endurance et de se remettre en forme avec des activités sportives ludiques pour rendre l’activité variée, conviviale et motivante (Omnikin, bonker-ball …). Une seconde phase a visé le renforcement musculaire et articulaire pour participer aux activités nautiques.

La création d’un environnement soutenant

De nombreux partenaires sur le territoire sont impliqués : Mission locale de Quimper, École de voile des Glénans, maison sport Santé, IREPS, diététicienne d’Impulsion Nutrition, Protection judiciaire de la jeunesse (à l’avenir). Cela a permis un décloisonnement en créant de nouveaux partenariats.

Implication du niveau politique

Les partenaires financiers ont également soutenu ce projet : ARS, Agence nationale du Sport (Impact 2024), département 29, Délégation régionale académique à la jeunesse, à l’engagement et aux sports Bretagne.