Publié le 03 octobre 2023

Mise à jour le 01 décembre 2023

UNPLUGGED

Ajouter aux favoris :

Région
La Réunion
Auvergne-Rhône-Alpes
Centre-Val de Loire
Île-de-France
Occitanie
Grand Est
Provence-Alpes-Côte d’Azur
Hauts-de-France
Normandie
Bretagne
Bourgogne-Franche-Comté
Guadeloupe, Saint-Martin, Saint-Barthélemy
Nouvelle-Aquitaine
Martinique
Public
Adolescent
Professionnel de santé, du social, de l'éducation
Milieu de vie
Éducatif
Thématique
Addictions
Climat scolaire
Santé mentale
Type de ressource
Les programmes et actions
Porteur
- Fédération Addiction au niveau hexagonal et Martinique - Guadeloupe
- IREPS Réunion à La Réunion
Structure accompagnatrice
- Structures adhérentes à la Fédération Addiction
- Observatoire Territorial des Conduites à Risques de l'Adolescent (OTCRA)
Nous aimons cette action :
Approche interactive et expérientielle - Cohésion de classe - Montée en compétences des professionnels de l’Éducation Nationale

Présentation

Le contexte

Unplugged est un programme de prévention des conduites addictives en milieu scolaire, à destination des collégiens de 12 à 14 ans, qui met particulièrement l’accent sur les questions d’alcool, de tabac, de cannabis et d’écrans.

Développé et évalué dans 7 pays de l’Union Européenne, dans le cadre de l’étude « UE-DAP », ce programme a montré son efficacité à court et à long terme sur la prévention de la consommation de substances psychoactives. Sa stratégie d’intervention repose sur le développement des compétences psychosociales, la correction des croyances normatives et l’amélioration des connaissances sur les substances psychoactives (SPA).

En 2019, Santé Publique France publie les résultats de l’évaluation du programme adapté, mené dans le Loiret par l’Association pour l’écoute et l’accueil en addictologie et toxicomanies (Orléans). Depuis 2016, en France métropolitaine, plusieurs structures adhérentes à la Fédération Addiction déploient le programme dans différentes régions de France et de certains départements d’oute-mer (DOM).

Dans d’autres régions, le programme est déployé en prenant en compte les réalités du territoire et à l’initiative de structures implantées régionalement (Exemple du déploiement à La Réunion par l’Ireps Réunion). Malgré des échanges avec le référent national, les modalités d’implantation, de formation, de mise en oeuvre et de déploiement sont adaptées au contexte et à la politique régional de santé publique dans le respect des conditions d’efficacité du programme.

Le ou les Objectif(s)

L’objectif général du programme est de prévenir les comportements de consommation de substances psychoactives (SPA) chez les collégiens de 12 à 14 ans (tabac, alcool/ivresse, cannabis).

Les activités proposées dans le cadre de sa mise en œuvre permettent, à court ou long terme :

  • D’améliorer les connaissances sur les SPA et spécialement sur leurs conséquences à court terme ;
  • D’augmenter les risques perçus associés aux SPA ;
  • De diminuer les attitudes positives et de renforcer les attitudes négatives à l’égard des drogues illicites ;
  • De corriger les croyances normatives associées à la consommation de SPA, et notamment la surestimation de la consommation des pairs ;
  • De développer les compétences psychosociales, et plus particulièrement la capacité à résister à la pression des pairs.

Les études montrent également une amélioration du climat perçu de la classe (qualité des relations entre pairs).

Le financement

Le financement du programme Unplugged est réalisé par réponse à appel à projets auprès des organismes financeurs tels que :

  • Institut National du Cancer (INCa)
  • Les Agences Régionales de Santé (ARS) dans les régions déployant le programme.
  • Les Etablissements Publics Locaux d’Enseignement (EPLE) qui déploient le programme après de leurs élèves

Il est également possible, selon les régions, d’inscrire ce programme dans le cadre du contrat pluriannuel d’objectifs et de moyens signé avec l’Agence Régionale de Santé.

Le dispositif d’évaluation

Le dispositif d’origine a bénéficié d’une étude européenne en 2004-2005, EU-DAP (European Drug Addiction Prevention Trial), financée par la Commission européenne dans le cadre du programme européen de santé publique. Deux phases évaluatives ont été menée, EU-DAP 1 et EU-DAP 2, avec pour objectif, respectivement, de rendre compte de l’efficacité à court terme (3 mois après la fin de l’intervention) ou à plus long terme (15 mois) du programme, et de concevoir un guide d’implantation et de mettre en place un réseau de formateurs. https://www.eudap.net/Home.aspx

En 2014, la Cipca (Commission interministérielle de prévention des conduites addictives) a publié un appel à candidature national dans le but d’évaluer l’efficacité de programmes de prévention des addictions auprès des jeunes en France.  Santé publique France et l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) ont évalué l’adaptation du programme Unplugged mené dans le Loiret. Le rapport de l’étude (mai 2019) a permis de confirmer l’efficacité du programme en contexte français, et également, de valider les principales adaptations proposées. https://www.santepubliquefrance.fr/docs/resultats-de-l-evaluation-du-programme-unplugged-dans-le-loiret

Les expertises mobilisées

Le programme Unplugged européen a bénéficié d’un travail d’adaptation au contexte français par l’Association pour l’écoute et l’accueil en addictologie et toxicomanies (Apléat) du Loiret. Des travaux collectifs ont été réalisés ces dernières années au sein de la plateforme d’appui à l’implantation de programmes de la Fédération Addiction, avec la mobilisation de nombreux acteurs de santé publique. Un comité de révision des outils pédagogiques élargi s’est réuni en mars 2019 afin de proposer une actualisation des manuels Unplugged, intégrant le livret Intervenant et le livret Élève correspondant.

L’implication de l’Éducation Nationale dans l’actualisation des livrets a été permise grâce à la représentation de la DGESCO (Direction Générale de l’Enseignement SCOlaire) au sein du comité de pilotage national d’Unplugged et à la participation d’un cadre pédagogique lors des séances de travail.

L’implication de Santé publique France au sein du comité de pilotage national d’Unplugged a permis d’assurer que la révision des outils pédagogiques se fasse en lien avec l’élaboration des outils d’évaluation.

Les Compétences Psycho-Sociales

  • Les porteurs du programme bénéficient, soit d’une formation de formateurs dispensées par la Fédération Addiction en métropole, Martinique et Guadeloupe, soit par certaines Ireps en région (ex: La Réunion). Cette formation de formateurs s’inscrit sur 2 ou 3 jours et permet aux futurs professionnels en région, de disposer des compétences, des outils et des méthodes pour dispenser des formations au sein des équipes Unplugged des établissements scolaires.

 

  • La structuration des séances du programme UNPLUGGED s’appuie sur les nombreuses expérimentations de terrain réalisées à travers l’Europe. En ce sens, le contenu proposé a été préalablement conçu en lien avec les professionnels de l’éducation et de la santé. La place des élèves dans la conception de ce programme n’est pas connue.

 

  • Le 1er contact avec l’établissement peut se réaliser par la direction, l’infirmière scolaire ou tout autre membre de la communauté éducative. Il s’agit ensuite d’organiser des temps de préparation et d’échanges réguliers pour permettre le recueil de besoins et les attentes des différentes parties. L’implantation du programme Unplugged doit tenir compte du contexte singulier de chaque établissement scolaire.

Les CPS visées

  • Les principales CPS travaillées dans le programme Unplugged sont les suivantes :
    • Compétences cognitives :
      • Avoir conscience de soi (dont la connaissance de soi, la pensée critique, l’auto-évaluation positive
      • Prendre des décisions constructives (dont la capacité à résoudre des problèmes de façon créative ou de faire des choix responsables)
    • Compétences émotionnelles :
      • Avoir conscience de ses émotions et de son stress (dont l’identification et la compréhension des émotions et du stress)
      • Réguler ses émotions (dont l’expression des émotions de façon positive et la gestion de ses émotions)
    • Compétences sociales :
      • Communiquer de façon constructive (dont la capacité d’écoute empathique et la communication efficace
      • Développer des relations constructives (dont le développement des liens sociaux et des attitudes et comportements prosociaux)
      • Résoudre des difficultés (dont la capacité d’assertivité et de refus)Il est important de rappeler que l’action sur une compétence psychosociale ne peut être isolée des autres puisque, par définition, les CPS constituent un ensemble cohérent et interrelié de capacités psychologiques. En revanche, il est effectivement possible de faire un focus sur une ou plusieurs compétences lors d’une activité, tout en ayant conscience de l’influence de celle-ci sur d’autres CPS.
  • La 1ère séance « Bienvenue dans Unplugged » est consacré à la présentation des objectifs et du déroulement du programme. Il s’agit d’un temps essentiel pour engager les élèves dans le programme et susciter leur enthousiasme pour la suite. Un temps est consacré à l’explication du programme, les attentes vis-à-vis des élèves et ce qu’ils pourront y apporter. A l’issue de chaque séance, un temps de réflexion personnelle (retour réflexif) est réalisé, permettant à la fois de revenir sur le ressenti des élèves sur les activités réalisées, et leur permettre de remplir le livret « élèves »

Les activités structurées

Le programme Unplugged se compose de 12 séances qui sont co-animées par un membre de l’équipe éducative du collège et un professionnel de prévention et de 3 ateliers avec les parents. Ils sont tous les deux préalablement formés à la mise en œuvre et à l’animation des séances.

  • La 1ère étape de l’implantation du programme concerne le recrutement et la formation des membres de l’équipe éducative sur l’année précédant la mise en œuvre des séances. Il s’agit d’une formation de 3 jours pour les équipes de prévention et 2 jours pour les équipes éducatives en amont de l’année de mise en œuvre du programme. Ces formations sont indispensables pour délivrer le programme dans les conditions qui assurent son efficacité. Par le biais de l’apprentissage expérientiel (« apprendre en faisant »), les professionnels expérimenteront les séances et les activités proposées aux élèves.
  • La 2ème étape concerne la mise en œuvre des séances sur la base d’une co-animation dégressive, entre un professionnel de prévention et un membre de l’équipe éducative. Chaque classe est suivi par un binôme d’animateurs-trices formé(e)s avec une implication de moins en moins importante de la part du professionnel de prévention. Au bout de 3 années de mise en œuvre, seules les 3 séances portant sur les substances psychoactives demeurent coanimées, les autres séances sont délivrées par l’enseignant seul.

« Dans le cadre de l’accompagnement de la plateforme d’appui, la co-animation est une condition indispensable pour se lancer dans le programme car elle favorise l’engagement dans le processus, la poursuite du programme jusqu’au bout et la motivation » (extrait de SPAAK M, Unplugged guide d’implantation. Paris, Fédération Addiction, 2021).

  • Tout au long de la 1ère année d’implantation, la plateforme d’appui de la Fédération Addiction propose un accompagnement des opérateurs de prévention et des collèges. Cet appui participe à garantir le respect d’un référentiel de qualité, fondés sur les recommandations issues de l’évaluation. Outre la formation des professionnels, cet accompagnement comprend la mise en commun des outils, la supervision des professionnels et l’animation de l’écosystème des acteurs engagés et des comités de pilotage.

Lors de la mise en œuvre, les élèves bénéficient de 12 séances plus 1 séance optionnelle sur les écrans. Trois séances sont consacrées aux substances psychoactives, tabac/chicha-Alcool-Cannabis, les autres abordent les compétences nécessaires à mobiliser ou à développer par les élèves pour faire face à des situations singulières. Parmi celles-ci, nous pouvons retenir la séance « Être ou ne pas Être dans un groupe », « Exprime tes émotions », la force est en nous”

La déclinaison des 12 séances permet d’acquérir, lors d’une séance, des connaissances qui seront nécessaires et complétées par la séance suivante. Elles sont toutes interreliées et ont donc chacune leur importance. De plus, la construction des séances prend en compte la progression du sentiment de confiance et de cohésion au sein du groupe. (extrait de : Unplugged – Foire aux questions)

Les parents sont également un des acteurs important dans la mise en œuvre du programme. Il est proposé de leur consacrer trois ateliers de 2 ou 3 heures sur des temps spécifiques et échelonnés tout au long de l’année. Les thèmes de ces rencontres, encadrés par un expert, sont « Mieux comprendre vos adolescents » / « Être parent d’un ado, c’est grandir avec lui », « Avoir une bonne relation avec mon enfant, c’est fixer des règles et des limites ».

 

Les pratiques informelles

  • Le développement et le renforcement des CPS est un processus constant et continu auquel les enseignants, et plus largement, les équipes éducatives contribuent au delà même des séances Unplugged.
  • La construction des séances est pensée pour établir progressivement une relation de confiance entre les élèves et les animateurs-trices et favoriser l’engagement de l’élève au fur et à mesure du déroulement du programme. Toutefois, comme dans d’autres programmes de développement des CPS, le programme Unplugged doit s’accompagner d’un environnement favorable (bienveillance de la communauté éducative, organisation d’activités de loisirs, création d’espaces de vie conviviaux) et de pratiques informelles qui font sens avec les apports proposés lors des séances. L’articulation du programme Unplugged avec d’autres initiatives telles que les ateliers philo, des séances de cohérence cardiaque ou encore du théâtre forum favorisent une approche transversale et permettent le réinvestissement des compétences psychosociales des élèves.
  • D’autre part, certains enseignants peuvent également utiliser des activités Unplugged ou des séquences partielles de certaines séances dans le cadre de leur enseignement général (ex : activité du tribunal en enseignement moral et civique, les techniques de regroupement aléatoire pour les travaux de groupe, …).

Posture

  • Les intervenants du programme Unplugged bénéficient d’une formation à minima de 2 jours consacrée à la promotion de la santé, les compétences psychosociales, la posture d’animateur ainsi que les méthodes et le contenu des séances. La posture professionnelle est un axe largement travaillé puisque, lors des interventions, les professionnels devront intégrer une démarche d’éducation pour la santé qui peut parfois différer du travail quotidien de l’enseignant. La relation enseignant/élève se déplace alors vers une relation adolescent/adulte qui engage d’autres formes d’intervention et de communication.

Par la suite et tout au long du programme, un accompagnement des intervenants par les référents Unplugged est réalisé, aboutissant à une autonomisation de l’enseignant à l’issue de 3 années de mise en oeuvre. La co-animation Professionnel / Enseignant est dégressif. La 1ère année, l’ensemble du programme est co-animé, puis 6 séances co-animées en année 2, et enfin 3 séances en année 3.

Seules les 3 séances axées sur les produits sont systématiquement co-animées avec un professionnel UNPLUGGED :

  • Séance 3 : Alcool, risques et protection
  • Séance 5 : Tabac, chicha – que sais-je ?
  • Séance 9 : Infos/Intox

Le programme au regard de la promotion de la santé

Les compétences et la posture

Outre les élèves, les principaux acteurs du programme Unplugged sont les professionnels de l’Education Nationale. Dès lors, il est indispensable que ces personnes mobilisent, développent voire acquièrent les compétences nécessaires à la bonne mise en oeuvre du programme. Intervenir en santé publique, et plus précisément dans le champ des addictions, en utilisant comme levier les compétences psychosociales représente un nouveau défi pour nombre d’entre eux. La formation de 2 jours, proposée aux enseignants a donc pour objectifs de :

  • leurs présenter les méthodes et les outils pour l’animation des séances
  • les sensibiliser à l’état de leurs propres compétences psychosociales pour être en mesure d’adopter une posture adaptée aux situations qu’ils rencontreront.
  • Leur permettre, de manière expérientielle et interactive, de s’approprier les différentes séances UNPLUGGED

Les temps de préparation et de débriefing des séances, en lien avec un professionnel de la prévention, est également un temps propice pour acquérir de nouvelles méthodes, analyser sa posture et apporter les réajustements nécessaires.

A cela s’ajoute les temps d’accompagnement et d’échanges de pratiques réalisés par les membres du réseau Unplugged et plus spécifiquement la Fédération Addiction aussi bien à l’échelle régionale que nationale.

  • Webinaire Unplugged – 1er juillet 2021 : La vidéo disponible ici 
  • Rencontre nationale Unplugged – 1er décembre 2022 : La vidéo des plénières disponible ici – Le spot de la journée disponible ici

La pédagogie

Le programme Unplugged se compose de 12 séances d’une durée de 55 min (durée d’un cours classique en milieu scolaire) à raison d’une séance par semaine (voir tous les 15 jours). Ces séances sont à réaliser dans l’ordre de la séance 1 à la séance 12. Pour permettre une meilleure appropriation du programme par les enseignants, chaque séance se structure de la manière suivante : Quelques mots sur la séance / Objectifs / Ce dont vous avez besoin / Quelques conseils pour animer / Rappels sur la séance précédente / Introduction / Activités énergisantes / Activités principales / Conclusion / Réflexion personnelle.

A l’issue de l’intervention, un temps est consacré au remplissage du livret “élève” dans lequel celui-ci peut soit noter des éléments forts qu’il a retenu de la séance ou exprimer ses ressentis au regard des activités proposées. Ce livret est individuel et pourra servir d’outil de communication entre l’adolescent et ses parents.

Chaque séance est construite de manière générique et devra nécessairement être adapté au public destinataire. Ainsi, les temps de préparation entre l’enseignant et l’opérateur de prévention seront à privilégier. D’un côté l’enseignant dispose d’une bonne connaissance de l’environnement de l’établissement, le climat de classe et les spécificités des élèves et pourra s’appuyer sur l’expertise de l’opérateur pour adapter les contenus proposés.

L’intervenant Unplugged doit adopter une posture bienveillante et s’appuyer sur une pédagogie expérientielle et interactive. L’alternance entre les temps d’échanges et les mises en situation (jeux de rôle, par exemple) sont à privilégier pour garder l’attention et la motivation des élèves.

L’animateur doit avoir l’envie d’expérimenter une autre approche avec ses élèves. Pour cela, il est souhaitable de vou- loir faire un pas de côté dans sa posture habituelle, pour devenir “intervenant.e Unplugged”, rempli.e de bienveillance et de tolérance au bruit dû à l’interactivité, pour laisser libre cours à la créativité (Extrait de “Unplugged : Foire aux questions”)

Pour la mise en oeuvre des séances du matériel pédagogique est nécessaire. Parfois peu important, il participe d’une dynamique de groupe et d’un entrain collectif qui encourage les élèves à s’investir dans les activités proposées. Pour exemple,

  • Livret intervenant avec toutes les séances décrites
  • Autant de livrets élève que d’élèves présents dans votre classe.
  • Des grandes feuilles (paperboard, A3)
  • Des feutres
  • Des post-it si vous avez, sinon des bouts de papier colorés et des punaises, du scotch
  • Des playmobils et accessoires, afin de rendre plus ludique la séance 10 sur les forces (d’autres moyens sont possibles pour réaliser cette séance, mais cet outil est particulièrement apprécié des élèves comme des intervenants et intervenant- es)
  • …. Et le plus important, votre créativité

Les conditions matérielles et organisationnelles

La réalisation de certaines séances Unplugged peuvent nécessiter de l’espace tel qu’un préau, une cour ou un gymnase pour une mise en oeuvre optimale. Pour rappel, l’aménagement de l’environnement représentent un des critères d’efficacité de la mise en oeuvre d’un programme de développement des CPS.

L’intégration du programme à l’emploi du temps des élèves, et la mise en place d’un planning réaliste pour l’animateur extérieur et l’intervenant Education Nationale permettent de s’adapter à des situations imprévues (grèves, arrêts maladies …). Il est d’ailleurs conseillé de planifier 14 séances dans les agendas des animateurs au début de l’année, afin d’avoir 1 ou 2 séances de secours en cas d’imprévus ponctuels.

Implication du niveau politique

L’implication des institutions telles que l’Education Nationale, Santé publique France ou encore l’INca montre une volonté forte de déploiement de ce programme à l’échelle nationale. En région, la mobilisation du triptyque Rectorat, Agence Régionale de Santé et Etablissements scolaires concoure au développement d’une dynamique cohérente et structurée en matière de prévention des addictions et de développement des compétences psychosociales en milieu scolaire.

Enfin, l’implantation du programme Unplugged dans un établissement scolaire doit se faire avec l’adhésion des membres de la communauté éducative et de la direction. Le soutien de cette dernière est essentiel pour assurer la pérennité du programme et l’inclusion de celui-ci dans les routines des professionnels. De fait, l‘inscription du programme dans le cadre des actions menées plus généralement dans le cadre du parcours éducatif de santé (PES) piloté par le Comité d’Education à la Santé, la Citoyenneté et à l’Environnement (CESCE) est fortement recommandée,. La validation de toutes ces actions de santé lors du Conseil d’Administration doit être envisagée pour en faire un véritable projet d’établissement et concourir au développement des Ecoles Promotrices de Santé.

Il est également possible d’établir une convention ou charte d’engagement qui permettra à chaque partie de bien délimiter les missions et rôles de chacun. “Le passage d’une logique d’acteur à une logique de structure est un atout pour la pérennisation du programme même en cas de départ ou de l’absence d’une personne ressource. Cela permet, enfin, de clarifier les aspects techniques, logistiques qui pourraient éventuellement devenir un frein à l’implantation dans la durée” (extrait de SPAAK M, Unplugged guide d’implantation. Paris, Fédération Addiction, 2021).